Votre boss est-il toxique ?

Votre boss est-il toxique ?

Votre patron partage votre vie quotidiennement. Vous entretenez une vraie relation avec lui ! Il est un peu le jumeau maléfique de votre petit-ami, toujours sur votre dos et rarement content. Est-il toxique ?

Un patron parfait, on en rêve tous ! Quelqu’un qui comprenne que nous ne sommes pas une machine, qui nous encourage à prendre des vacances quand nous sommes fatigués, qui s’inquiète de notre bien-être et ne manque pas d’idées pour améliorer nos conditions de travail. Aux Etats-Unis, le fondateur de l’entreprise américaine Full Contact vient d’offrir une prime à ses employés en échange de la promesse qu’ils l’utilisent pour prendre des vacances bien méritées. Ça fait rêver non ?

Malheureusement, la réalité pour la plupart d’entre nous est bien moins réjouissante. Une majorité de patrons continuent de penser que bien manager ses employés, c’est faire le petit chef, multipliant les ordres farfelus, inutiles ou injustes. Ces portraits devraient vous mettre la puce à l’oreille…

Le dictateur

Sa philosophie ? En gouvernant par la peur on obtient de meilleurs résultats ! Le problème, c’est qu’il fait et dit beaucoup de bêtises, mais vu qu’il crie et gesticule beaucoup, on obéit pour qu’il se calme…

Comment le reconnaître ?

- Il confond le lieu de travail avec un champ de bataille.

- Il élève (trop) facilement la voix dans les réunions.

- Son slogan préféré : « Si vous n’êtes pas content vous pouvez partir ».

Le mou

Sa philosophie ? Pour être des patrons heureux, restons cachés ! Il est l’antithèse du dictateur mais ne pose pas moins de problèmes, car son absence de prise de position vous laisse dans la mélasse…

Comment le reconnaître ?

- Il sait faire des promesses sur le long terme, mais ne sait tenir que celles sur le très (très !) court terme, et encore, sous la contrainte.

- Il fuit les conflits sans chercher à les gérer et vous laissez vous dépatouiller comme vous le pouvez.

- Son slogan préféré : « Oh, je ne sais pas… ».

Le manipulateur

Il a du charme et de la prestance, sa philosophie se rapproche d’un « Qui m’aime me suit ». Apprenti gourou, il vous manipule à sa guise, jouant tantôt sur la corde affective, tantôt sur vos besoins…

Comment le reconnaître ?

- Il se débrouille toujours pour que quelqu’un fasse le sale boulot à sa place.

- Il s’approprie les bonnes idées, mais trouve facilement quelqu’un à blâmer pour les mauvaises, même si elles sont de lui !

- Son slogan préféré : « Investissez-vous davantage, vous verrez, ce sera formidable pour votre carrière… ».

Le control freak

Ah ça, il est déterminé et passionné… mais le problème c’est que ça vire à l’obsession. Tel un chef d’orchestre tyrannique, il va veiller à ce que chaque micro seconde de votre journée serve sa partition, et n’essayez pas de faire preuve d’initiative !

Comment le reconnaître ?

- Il est souvent derrière votre épaule à surveiller ce que vous faîtes.

- Il réécrit tout ce que vous avez écrit pour y apporter des « petites » modifications.

- Son slogan préféré : « Si je veux obtenir le résultat escompté, je ne peux me fier qu’à moi-même ».

La pin-up

Personne ne sait vraiment comment elle est arrivée à ce niveau de hiérarchie avec autant d’incompétences. Si elle présente très bien, elle perd ses moyens dès que trop de choses s’empilent sur son bureau. Attention, la pin-up existe aussi au masculin.

Comment la reconnaître ?

- Son poste dépasse largement ses compétences.

- Elle est sympathique mais manque de caractère, ses décisions sont facilement malléables.

- Son slogan préféré « Ça a l’air d’être une bonne idée… ».

Vous avez reconnu votre patron dans l’un de ces portraits ? Aie aie aie… Et si c’était le moment de songer à une reconversion ?

Rafaële Réal © Pampa Presse