Survivre au pot d'entreprise

Les pots en entreprise ont la cote, les Français en sont de plus en plus friands. S'ils représentent un moment de détente entre collègues pour beaucoup, ils peuvent se révéler fort embarrassants pour d'autres. Voici quelques conseils pour y survivre.   Survivre au pot d'entreprise


Pot de départ, pot d’arrivée, pot d’anniv’, pot de mariage, pot de naissance, pot de retraite, pot pour rien ou pot-pourri, les occasions de festoyer en société (dans le sens entreprise, bien sûr), sont multiples et variées. Et, lorsque ladite société affiche une belle croissance et compte plus de 50 salariés (donc potentiellement 1 anniversaire par semaine, 50 mariages, voire davantage avec les remariages, et 150 enfants à accueillir dignement), ces petites-fêtes-où-il-faut-être deviennent d’authentiques exercices de style où sociabilité, savoir-vivre et aisance verbale serviront à certains de véritables tremplins de carrière. Les autres, les laborieux taiseux, les timides, les alcoolo-abstinents et les work-aholic les auront en horreur (comme jadis l’EPS qui faisait chuter leur magnifique moyenne générale). Et pourtant, une mise à niveau s’impose, car rien de pire que de sécher ces joyeuses réunions « en famille ». Voici quelques conseils pour faire illusion lorsqu’on est nul en pot d’entreprise :

1/ Venez tôt, et accompagné :
Eh oui, à trop faire le malin, enfermé dans votre bureau à feindre une urgence de dernière minute, vous pensez pouvoir faire une entrée discrète dans une salle bondée, et vous frayer discrètement un chemin vers le buffet avant de vous éclipser comme vous êtes venu. Raté ! Quand vous débarquez, le big boss est planté devant la porte, en grande conversation avec votre ennemi juré – poil dans la main mais langue bien pendue –, lequel vous lance, narquois : « Bha alors, tu t’étais perdu RHA HA ?! » dans un grand éclat de rire sardonique, lequel vous fera piquer un fard historique, lui. Poil 1 – Vous zéro.

2/ Venez décontracté :
Ça n’est pas un bal de promo, alors inutile, (...)

Lire la suite de l'article sur terrafemina.com