Slasheurs : un nouveau mode d'emploi

Ils cumulent les emplois par choix ou par besoin, ou même souvent les deux. Ce sont des slasheurs, des travailleurs multitâches dont on n’a pas fini d’entendre parler. Décryptage entre deux jobs.   Slasheurs : un nouveau mode d'emploi


A 27 ans, Anaïs est community manager/styliste/attachée de presse/pigiste/mannequin. C’est une slasheuse, du nom de la marque de ponctuation, le slash, cette barre oblique signifiant l’accumulation. Et comme elle, de plus en plus d’actifs sont multitâches, par choix, par besoin ou les deux. Entrée sur le marché du travail en 2009, Anaïs a toujours eu plusieurs jobs : « Sauf peut-être quand j’étais étudiante et que je bossais comme vendeuse aux Galeries Lafayette ! Ensuite, j’ai trouvé un premier boulot mais à temps partiel, puis un autre. Je prenais tout ce qui arrivait. Je voulais laisser toutes les portes ouvertes et ne pas avoir à choisir entre l’écriture et le stylisme, surtout. » Et si Anaïs est devenue ultra-active par contrainte au départ, elle se demande à présent si elle pourrait encore « tout lâcher » : « aujourd’hui, je peux faire ce qui me plaît, je suis polyvalente ! ».

Un effet de génération

Car la multiactivité n’est pas toujours le résultat d’une difficulté économique. En réalité, selon le sociologue Serge Guérin, il existerait deux catégories de slasheurs : « La première, très diplômée, multiplie les jobs pour assouvir une passion. L’autre, pour cumuler des revenus et tisser du lien social. » Et pour ce spécialiste du travail des seniors, cette situation n’est pas propre à une tranche d’âge : « Cumuler les tâches, ça existe depuis un siècle ! Ce qui est nouveau, c’est que ce phénomène touche une nouvelle catégorie de personnes plus diplômées. Une catégorie qui jusque-là avait un parcours très normé. » Pour le sociologue, il existerait en fait un effet de génération : « Face à la crise, même les plus diplômés deviennent précaires et multiplient les statuts. Ils sont donc à la fois dans une quête de sens et de revenus. » Une situation que connaît (...)

Lire la suite de l'article sur terrafemina.com

« La génération Y change les codes du travail »
Les nouveaux modèles de travail : quand bien-être rime avec compétitivité
Reconversion : et si vous testiez votre nouveau job ?