Sexe, bouche, oreilles... : les parties les plus érotiques du corps

Lèvres, cou et tétons sont les parties les plus érotiques du corps humain selon les hommes comme les femmes. En revanche les pieds sont considérés par tous comme anti-sexe. Une étude neuroscientifique dévoile les connexions entre certaines parties du corps et le cerveau pour dévoiler les zones les plus érotiques du corps humain, notes à l'appui.Sexe, bouche, oreilles... : les parties les plus érotiques du corps


Quelques idées reçues volent en éclat. Non les hommes n’ont pas qu’une seule zone érogène, mais plusieurs. Autant que les femmes en fait. Et non les pieds n’ont rien de sexy, et ne sont pas connectés sensuellement aux parties génitales. Une étude menée par l’Université de Bangor (Royaume-Uni) et l’Université de Witwatersrand à Johannesburg et relayée par le Daily Mail classe 41 parties du corps en fonction de leur attractivité sexuelle. Près de 800 personnes ont été questionnées au Royaume-Uni et en Afrique du Sud.

 

Un érotisme universel ?

Résultat : tout en bas du classement, on trouve les pieds, juste derrière les genoux. Les hommes auraient un goût tout particulier pour le dos des jambes des femmes et leurs mains, penchant que ne partagent pas celles-ci chez les hommes. Juste après le sexe, la partie la plus populaire et érotique du corps selon cette étude, apparaît la bouche et les lèvres, les oreilles, l’intérieur des cuisses, et les épaules. « Nous avons découvert que nous partagions tous les mêmes zones érogènes dans au moins deux continents très différents, que l’on soit une femme blanche d’âge moyen en train de travailler à son bureau à Londres, ou un homme homosexuel vivant dans un village d’Afrique », commente le professeur Turnbull de l’Université de Bangor. « Cela montre qu’il y a là quelque chose d’inné, qui n’est pas acquis par la culture ou l’expérience », ajoute-t-il.

Grâce à ces résultats, les chercheurs se demandent désormais si les réponses sexuelles et érotiques ne sont pas contrôlées par une autre partie du cerveau que le sens du toucher. « Nous voulions savoir pourquoi la base et le côté de la (...)

Lire la suite de l'article sur terrafemina.com