Comment se faire apprécier de quelqu’un qui ne nous aime pas ?

Comment se faire apprécier de quelqu’un qui ne nous aime pas ?

Vous avez beau faire des efforts, vous ne parvenez pas à accepter l’évidence : oui, il y a des gens qui ne vous aiment pas. Mais si vous essayiez de faire en sorte que ça change ?

Cela fait un moment que vous ne mettez plus vos impressions sur le compte de la paranoïa. Clairement, cette personne vous a dans le collimateur. C’est normal, on ne peut pas plaire à tout le monde. Mais vous aimeriez bien, au moins, lui arracher un peu de sympathie. Selon les lieux, les contextes et les personnes, différents petits réglages peuvent faire leur effet. Plantons le décor à travers trois situations…

1/ La maîtresse d’école de votre enfant

Vous aviez deviné qu’elle n’était pas la personne la plus avenante du monde dès le jour de la rentrée des classes. Même entourée de charmants bambins, les joues roses et les petites bouilles présentes ne parvenaient pas à lui arracher un sourire. Vous vous êtes risqué à une blague, elle ne l’a pas comprise. Depuis, votre relation entière repose sur un a priori glacial.

Comment faire ? Tout d’abord, ne dramatisez pas. Même si elle représente une figure autoritaire qui vous a peut-être effrayé toute votre enfance, la maîtresse d’école est avant tout une personne humaine, avec ses humeurs et ses propres angoisses. Créer la discussion avec elle est la première chose à faire, car si vous vous répandez auprès des autres parents ou de sa direction, vous ne risquez pas d’arranger quoi que ce soit ! De la même façon, n’abordez pas ce sujet devant votre enfant. Souvent, les malentendus peuvent se résoudre simplement. Le tout est de recentrer la relation qui existe entre cette personne et vous : ici, il s’agit de votre enfant et de l’enseignement qu’il reçoit. Profitez d’une entrevue avec la maîtresse pour prendre la température, et si le problème persiste, il sera toujours temps d’interroger la direction pour savoir s’il s’agit d’un problème récurrent ou si l’affaire est devenue plus « personnelle », auquel cas un médiateur pourra intervenir.

2/ Votre collègue de boulot

C’est plus fort que vous, vous ne vous rendez même pas compte que votre comportement peut parfois agacer. Parce que vous avez des facilités, ou que vous avez un bon contact avec votre hiérarchie, vous vous êtes mis à dos l’un de vos collègues. Pour le reconnaître, c’est simple : il est celui qui vous toise à longueur de journée, répond de manière évasive quand vous lui parlez, et qui s’adresse toujours aux gens à proximité de vous, jamais à vous.

Comment faire ? Le milieu professionnel recrée un microcosme semblable à celui du lycée. Il y a les gens populaires, les laissés pour compte, les « stars du bahut ». Et donc il y a les mesquineries, les rumeurs et les jalousies. Le lieu de travail est un endroit où l’on passe le plus clair de nos journées, il est important de s’y sentir accepté et valorisé. Souvent, de petits gestes de courtoisie peuvent suffire à recréer un contexte positif. Par exemple, adressez à votre collègue des compliments honnêtes sur le rôle qu’il ou elle joue dans la société, mettez en avant des qualités que vous lui trouvez. En se sentant reconnu, votre collègue devrait baisser les armes peu à peu… A défaut d’être les meilleurs amis du monde, vous aurez au moins les bénéfices d’une entente cordiale.

3/ Votre ex

On ne va pas refaire l’histoire… Quitter quelqu’un est toujours un moment difficile. Et ce n’est pas votre ex qui dira le contraire. Après avoir passé des mois à vous pleurer, l’ex a trouvé plus simple et plus efficace : vous détester. Et tout ce que votre ex aimait chez vous l’énerve à présent : votre bonheur, votre bonne santé, votre joli minois. Pourtant, c’est plus fort que vous, vous voulez devenir son ami… Et si c’était ça, votre erreur ?

Comment faire ? Admettre que l’on ne peut pas décider des sentiments des autres est déjà une bonne chose. Vous êtes passé à autre chose et c’est très bien, mais vous ne pouvez pas attendre de votre ex que ce travail soit fini de son côté. N’insistez pas, souvent des années sont nécessaires pour renouer le contact. Parfois, cela n’arrive jamais. A vous d’en tirer le bon enseignement et de comprendre que la vie est devant vous, pas derrière, et que nous ne sommes pas tous voués à vivre en harmonie. Car le besoin de plaire au plus grand nombre cache souvent des vérités plus intimes, sur lesquelles vous auriez tout à gagner à réfléchir…

Mélanie Bel © Pampa Presse