Réfléchissez bien avant de plonger dans la piscine!

Réfléchissez bien avant de plonger dans la piscine !Marre de barboter dans votre baignoire et de vous contorsionner pour parvenir à faire rentrer tous vos orteils dans le bain ? Optez pour la piscine ! Mais avant de bondir en direction du parc aquatique le plus proche, quelques mesures s’imposent…

La natation est LE sport le plus complet. Facilement accessible, il fait la joie des sportifs débutants ou confirmés. « J’avais du mal à trouver une activité sportive qui me convenait » explique Chantal, « Et puis j’ai pris l’habitude d’aller à la piscine avec une copine. Quel bonheur ! ». Mais après seulement quelques semaines, le bilan de Chantal est plus mitigé : « Le problème, c’est que je ne me sens pas très à l’aise avec la façon dont sont respectés les règles d’hygiène. Les gens qui fréquentent le lieu ne sont pas tous très portés sur des règles pourtant élémentaires… ». Résultat, Chantal découvre les joies de certaines petites pathologies dont elle se serait bien passée : « J’ai attrapé une mycose au pied. Depuis je suis plus méfiante et je porte systématiquement des tongs pour me déplacer quand je ne suis pas dans l’eau ».

Des microbes ?

« Des microgrammes de selles se dissolvent dans l’eau des piscines quand les gens se baignent » nous explique le Docteur Francis Lavialle, médecin généraliste, « On estime cette proportion à environ 0,14 gramme par individu. Imaginez le résultat dans une piscine très fréquentée ! ». Une raison pour laquelle certains germes se transmettent facilement entre nageurs, provoquant différentes maladies et symptômes comme la diarrhée. « Quand on boit la tasse, on partage les germes des autres » conclut-il.

Différents microorganismes pathogènes sont en cause dans les piscines publiques et privées, et peuvent provoquer divers soucis de santé : mycoses, eczéma, verrue, mais aussi conjonctivites, affections ORL ou digestives. « Il y a aussi, à l’inverse, le risque chimique, puisque le chlore utilisé pour désinfecter l’eau doit être bien dosé » précise le médecin, « Au contact du chlore et de la sueur, de l’urine ou des cosmétiques, des chloramines vont se former. Ces derniers peuvent provoquer une gêne irritative ou respiratoire. Pour éviter cela, une seule solution : une douche avant l’entrée dans l’eau, et une douche après ».

Une veille sanitaire

Heureusement, la majorité des piscines sont bien traitées. Le décret du 7 avril 1981 fixe les dispositions techniques applicables aux piscines et impose des règles essentielles pour veiller à la mise en œuvre de différents traitements visant à assainir l’eau. Les piscines publiques font l’objet d’une réglementation importante et doivent respecter un cahier des charges précis. Mais comment s’assurer que ces obligations soient bien mises en application ? L’Agence Régionale de Santé nous explique que : « Un contrôle sanitaire est exercé par l’ARS via les délégations territoriales sur les piscines ouvertes au public. Cela a pour but de vérifier la mise en place et le bon fonctionnement de l’ensemble des dispositifs destinés à réduire les risques sanitaires. Des prélèvements et analyses d’eau sont effectués au minimum une fois par mois et par bassin ouvert au public. Après chaque prélèvement réalisé dans le cadre du contrôle sanitaire, l’ARS fait parvenir au gestionnaire de la piscine un bulletin d’analyse, comportant les résultats du contrôle de l’eau du bassin ainsi qu’une interprétation sanitaire de l’analyse. Le gestionnaire a l’obligation de mettre à disposition du public le dernier bulletin d’analyse fourni par l’ARS en l’affichant dans un lieu accessible. En cas de non-conformité répétée et menaçant la santé ou la sécurité des usagers, la piscine peut faire l’objet d’une inspection complète et d’une fermeture administrative par voie d’arrêté préfectoral. »

Bien sûr, dans les piscines privées, chacun est libre de gérer l’entretien de sa piscine. Respectez scrupuleusement les règles d’hygiène pour assurer une bonne santé à votre petite famille !

Se protéger des risques

Quelques conseils simples peuvent vous aider à profiter du meilleur tout en délaissant le pire. « Si chacun les applique, la santé de tous est mieux protégée » rappelle Francis Lavialle.

- Ne pas se baigner en cas de plaie, d’infections de la peau ou de maladie transmissible (rhume, gastro-entérite, etc.) ;
- Mettre un maillot de bain propre dans les vestiaires et porter un bonnet de bain ;
- Respecter les zones pieds chaussés / pieds nus;
- Passer aux toilettes et prendre une douche savonnée avant la baignade ;
- Passer par les pédiluves.

Bonne baignade à toutes !

Rafaële Réal © Pampa Presse