Pourquoi les végétariens vivent-ils plus longtemps ?

Pourquoi les végétariens vivent-ils plus longtemps ?

Les végétariens clament haut et fort que la consommation de viande est aussi mauvaise pour l’homme que pour l’environnement. Et s’ils avaient raison ?

Tout le monde sait qu’Albert Einstein était un génie doublé d’un visionnaire. Peu connaissent, en revanche, le positionnement du Prix Nobel en faveur d’un monde végétarien. Celui-ci a en effet déclaré : « Je pense que les transformations et les effets purificateurs d’un régime végétarien sur l’homme sont très bénéfiques à l’espèce humaine. Par conséquent, en choisissant le végétarisme, on sera à la fois heureux et paisible. » Pourquoi un tel parti prix ? Sans doute parce que, comme l’explique le site vegplanete.com, la consommation de viande constitue l’une des principales menaces à la survie de la planète. L’élevage intensif demande en effet de cultiver de plus en plus de végétaux pour nourrir le bétail ainsi que de plus en plus d’eau pour les faire pousser (en plus d’hydrater les animaux). A titre d’illustration, l’élevage représente 70% de la consommation d’eau en France. Par ailleurs, 20% des émissions nationales de gaz à effet de serre sont le fait des élevages et de la dégradation des engrais minéraux. Face à ce constat alarmiste, de nombreuses voix s’élèvent pour dire que stopper la consommation de produits d’origine animale permettrait notamment de résoudre une partie du problème du réchauffement climatique ou encore de mettre fin à la pollution des nappes phréatiques.

La viande, un aliment à bannir ?

Mais si la consommation de viande constitue à ce jour un fléau pour la planète, elle est également néfaste pour la santé. Outre les scandales alimentaires à l’origine de la maladie de Creuzfeld-Jacob dont l’impact est aujourd’hui encore loin d’être mesuré, le site one voice avance l’hypothèse qu’il y a « certainement d’autres risques infectieux encore inconnus, dont des équipes spécialisées de l’INRA surveillent l’apparition. » Et quand on sait que le bétail d’élevage est en plus boosté aux hormones et antibiotiques, il ne faut pas s’étonner de voir se développer lesdits risques infectieux auxquels s’ajoutent des intoxications alimentaires. De nombreuses études scientifiques démontrent par ailleurs régulièrement le lien entre maladies cardiovasculaires (première cause de décès en Europe et aux Etats-Unis), cancers, attaques cérébrales ou diabète et la consommation de viande. Un constat pas vraiment étonnant avec une consommation qui a augmenté de 60% en 50 ans en Europe (1) ! Le mot de la fin revient cependant aux conclusions d’une étude britannique de 1986 qui affirmait déjà que « sur une vie entière, les végétariens coûtaient aux services de santé environ cinq fois moins, en termes de coûts de traitements, que les consommateurs de viande. » Des résultats qui risquent d’inspirer en cette période de crise budgétaire sans précédent pour la sécurité sociale…

Cassandra Hermann

(1) Source : http://www.one-voice.fr/alimentation-et-vetements-sans-barbarie/viande-et-sante-attention-danger/

Rencontres