Pourquoi investir dans une plante dépolluante ?

Alors que vous craignez l’air pollué et saturé de l’extérieur, vous avez tendance à vous réfugier dans vos intérieurs cosy, surtout en plein hiver. Mais quelque fois, les quelques minutes d’aération par jour ne suffisent pas à renouveler l’air et l’assainir. Peut-être est-il temps d’inviter une plante dépolluante chez vous ? Faisons le point avec Ambius, le leader mondial en la matière.

La nécessité d’une plante dépolluante
Aujourd’hui, nous passons 80 à 90% de notre temps dans des lieux clos et il s'avère que l'air intérieur (chez soi ou au bureau), peut-être 2 à 100 fois plus pollué que celui de l’extérieur. En cause, les nombreuses substances chimiques et polluantes libérées par les appareils électroménagers et électroniques, les produits d’entretien ou encore la fumée de cigarette. La majorité de ces substances sont nuisibles pour la santé sur le long terme, voire parfois cancérigènes !

Comment ça marche ?
Aérer son intérieur 10 minutes par jour suffit certes à assainir l’air, mais une fois les fenêtres refermées, la menace des produits toxiques et autres substances nocives est de nouveau présente. Les plantes dépolluantes permettent non seulement d’agrémenter l’intérieur d’une touche de nature, mais surtout de participer à la dépollution de l’air ambiant en faisant office de véritables stations d’épuration naturelles. La NASA est à l’origine de cette découverte, à l’époque où elle cherchait des solutions pour remédier à la pollution de l’air dans les stations orbitales. Tous les scientifiques du domaine sont aujourd’hui unanimes sur le fait que les plantes sont utiles pour combattre le phénomène moderne appelé « Sick Building Syndrom » (SBS), ou syndrome des bâtiments malsains (SBM), dû à une qualité d’air insuffisante, un bruit de fond excessif, ainsi qu’à une mauvaise gestion de la lumière et de l’hygrométrie.
Les plantes absorbent les polluants ambiants par les feuilles. Des micro-organismes présents dans les racines entrent alors en jeu et convertissent les polluants en produits organiques dont les plantes se nourrissent. Par la transpiration, elles émettent de la vapeur d’eau et régulent ainsi le taux d’humidité de chaque intérieur. C’est ce qu’on appelle la bioépuration ou la purification par les plantes.

A chaque plante son effet
Chaque plante d’intérieur possède ses vertus adaptées à l’environnement ambiant. Prenons les cas les plus fréquents :
    • Pour emprisonner les ondes des ordinateurs ou des appareils électroniques tels que les
Smartphones, il est préférable de mettre sur son bureau un Cactus ou un Crassula (appelé aussi Arbre de Jade).
    • Pour l’ammoniac, que l’on trouve dans les dégraissants et dans les produits de nettoyage des sols, plusieurs options sont possibles. Premièrement, le Ficus, à placer dans une pièce ensoleillée et à arroser une fois par semaine. Mais aussi le Chrysanthème, une plante qui a énormément besoin de lumière, ou encore l’Azalée qui est également très demandeuse de lumière et d’eau.
    • Pour venir à bout du benzène, un liquide très toxique et cancérigène que l’on trouve dans les plastiques et les caoutchoucs, le Lierre, le Gerbera ou le Chlorophytum sont parfaits.
    • Pour le monoxyde de carbone, un autre gaz très toxique, rien de tel que la Fougère de
Boston. Mais attention, celle-ci supporte mal le soleil et nécessite un arrosage important.
    • Le benzène, provenant des vernis et des peintures, peut être capté par des plantes comme le Sanseviera ou le Scheffléra. Le formaldéhyde, provenant quant à lui du polystyrène, par le Phyllodendron….

Les résultats
Dans un logement l’idéal est d’avoir une belle plante tous les 10 mètres carrés pour garder un air sain. Il ne faut pas oublier de continuer à aérer sa maison, pour pouvoir renouveler l’air et l’affaiblir en dioxyde de carbone. A ces conditions, on peut constater un « mieux-vivre » dans sa maison. D’autant plus que les plantes décorent à merveille un intérieur, embaume la pièce délicatement et apaise aussi les esprits trop stressés par la vie citadine et bétonnée de l’extérieur…

www.ambius.fr