Les femmes sont plus touchées par les migraines que les hommes !

Les femmes sont plus touchées par les migraines que les hommes !

Les migraines font souffrir bien des individus, mais une récente étude nous apprend que les femmes seraient les principales concernées.

Pas de chance

C’est la revue Brain qui a dévoilé les résultats de l’étude menée par les chercheurs de la Harvard Medical School. Cette étude portant sur 44 hommes et femmes souffrant de migraines a mis en avant le fait que les variations de structures dans le cerveau, liées au genre, pourraient favoriser les hommes face à ce lancinant mal de tête.

En effet, le cerveau des femmes aurait des différences qui joueraient contre lui, à commencer par une densité de matière grise différente dans la partie postérieure chargée d’apaiser les douleurs. Ainsi, si l’intensité de la douleur est la même pour les hommes et les femmes, elle serait bien plus désagréable pour les femmes, et plus difficile à tempérer.

Les expériences menées ont sensibilisé les chercheurs sur cette notion de phénotype sexuel concernant la migraine, démontrant que les cerveaux des hommes et des femmes sont touchés différemment. Peut-être un pas vers une meilleure prise en charge de la douleur ?

Migraine et cerveau

Qu’on se rassure : si la douleur peut sembler impressionnante, elle ne peut, en revanche, causer de dommages au cerveau. C’est ce qu’affirme le Docteur Pamela Rist, chercheur à la Division de la médecine préventive au British Medical Journal, dans une étude menée auprès de 40.000 femmes âgées de 45 ans et plus. «Les études précédentes sur les migraines et le déclin cognitif étaient limitées et incapables d’identifier un lien entre les deux. Cette étude est suffisamment large pour conclure que les migraines, bien que douloureuses, ne sont pas significativement liées au déclin cognitif », précise-t-elle.

Pas ce soir, j’ai la migraine

28% des femmes utiliseraient l’excuse de la migraine pour éviter d’avoir un rapport sexuel avec leur compagnon. Dans le reste du palmarès des “bonnes excuses”, on retrouve également la fatigue, les enfants qui dorment à côté, des problèmes au travail ou l’excès d’alcool et de nourriture.

Rencontres