Le manque de confiance en soi rend meilleur au travail

Le manque de confiance en soi rend meilleur au travail

Motif fréquent de demande de traitement en psychanalyse, le manque de confiance en soi rendrait pourtant meilleur au travail. Démonstration.

Plus ou moins exacerbé selon les individus et selon les circonstances, le manque de confiance en soi touche la plupart des individus. Pas étonnant dans ces conditions que livres et articles en tous genres proposent des méthodes révolutionnaires pour en arriver à bout. Pensée positive, méthode Coué, thérapies comportementalistes… La liste des solutions censées venir à bout de ce fléau est longue, avec à la clé : succès et réussite.  Un article publié cet été dans le Harvard Business Review par le Dr. Tomas Chamorro-Premuzic vient pourtant de démontrer que les personnes ayant une faible estime d’elles-mêmes (en excluant celles qui n’en ont pas du tout) seraient pourtant meilleures au travail. « Si votre manque de confiance est faible vous avez plus de chances de réussir que si vous avez une grande confiance en vous » illustre ce chercheur en psychologie londonien.

Auto-critique et modestie : les points forts du manque de confiance en soi

« Pour être le meilleur quelque part, vous devez être votre plus grand critique » note l’expert. Seul hic, la plupart des gens se révèlent bien souvent totalement fermés à l’auto-critique, piégés par leurs préjugés optimistes, n’écoutant que les retours positifs et ignorant totalement les autres (négatifs) même s’ils sont constructifs. Soit une attitude aux antipodes de ceux qui manquent de confiance. Moins assurés que les premiers sur ce qu’ils peuvent fournir, ces derniers s’entraînent plus durement et ce jusqu’à ce qu’ils atteignent un niveau de compétences qu’ils jugent acceptable. Et aux dires du spécialiste, quand le pessimisme est couplé avec des désirs d’ambition, cela engendre souvent des performances exceptionnelles ! S’ajoute à cela le fait que les personnes ayant une plus faible estime d’elles-mêmes sont moins arrogantes que les autres. Leur modestie les pousse, là encore, à admettre plus facilement leurs erreurs et à faire preuve de moins de susceptibilité, de précieuses qualités pour un employeur ! Quoi qu’il en soit, cette étude constitue enfin une bonne nouvelle pour toutes celles et ceux qui s’apprêtaient à aller consulter un spécialiste pour booster leur estime de soi…

Sandra Franrenet © Pampa Presse