La vérité sur les mythes alimentaires

La vérité sur les mythes alimentaires

Le domaine de la nutrition est alimenté par quantité de mythes qui ont la peau dure. Démonstration !

Blanc sur rouge, rien ne bouge… Rouge sur blanc tout fout le camp ! Selon le site Hachette-vins.com, l’expression exacte serait : « blanc puis rouge, rien ne bouge, rouge puis blanc, tout fout le camp ». Elle signifie que le blanc doit toujours être bu avant le rouge pour éviter les maux de tête. N’en déplaise aux férus de dictons, celui-ci ne repose sur aucune assise scientifique ! Selon le site cité, cette maxime répondrait « moins à des considérations digestives qu’à des préoccupations gustatives : la vivacité plus sensible des vins blancs dicte cet ordre de service. » Pour éviter la « gueule de bois » mieux vaut finalement éviter les mélanges, bannir les vins que l’on supporte mal et boire avec modération…

Une pomme par jour éloigne le médecin : Traduction littérale de « An apple a day keep the Doctor away », ce dicton n’est pas dénué de sens. Les pommes contiennent en effet une grande quantité d’éléments nutritifs, une abondance de sels minéraux et bien sûr des vitamines. Néanmoins, plus que la pomme, ce sont les fruits en général qu’il faut consommer quotidiennement pour un régime alimentaire équilibré.

L’absinthe rend fou : Hallucinogène, toxique, responsable de convulsions et de problème rénaux… La thyone présente dans l’absinthe a d’abord fait la célébrité de « la fée verte » avant de provoquer sa chute (elle a été interdite pendant plus d’un siècle). Derrière cette réputation peu flatteuse se cachent en réalité les messages de prévention des campagnes de santé publique auxquels s’étaient associés les vignerons, jaloux du succès de cette boisson forte et peu chère. Accusée de tous les mots, l’absinthe a été interdite plus de 100 ans… Pour redevenir aujourd’hui une boisson plus branchée que jamais !

Les produits allégés sont « meilleurs » pour le régime : S’il y a bien un mythe auquel il faut tordre le cou, c’est celui-là ! Débarrassés de leur gras, les produits allégés contiennent plus de sucre et de sel pour compenser le manque de saveur. Or il vaut mieux du « bon gras » (type Oméga 3) que du sucre !

Manger des carottes donne les fesses roses : Ou plus particulièrement orange… Cela paraît peu probable et pourtant c’est possible : c’est ce qu’on appelle l’ « hypercaroténémie ». Ce phénomène est dû à un excès de consommation de carotène ou à un trouble du métabolisme de la vitamine A.

Le chocolat donne des boutons : Né au début des années 30, ce mythe a la peau dure alors qu’il ne repose sur aucune donnée valable. Plus que le chocolat, c’est un régime à haute teneur glycémique qui peut provoquer de l’acné chez les sujets génétiquement prédisposés.

Le poisson est excellent pour le cerveau : Dommage pour les carnivores, cette croyance est parfaitement fondée ! Le poisson est en effet riche en oméga 3, du « bon gras » (car insaturé) excellent pour le cerveau. Une étude américaine a ainsi montré qu’une consommation hebdomadaire de poisson peut faire diminuer de 60% les pertes cognitives chez les personnes plus âgées et réduire de façon importante le risque de contracter la maladie d’Alzheimer.

Cassandra Hermann © Pampa Presse

Rencontres