La femme Barbie serait (en partie) naturelle

Pour surprenant que cela puisse paraître, la femme Barbie, comme l’ont rapidement surnommé les internautes, ne serait pas le résultat des fantasmes douteux d’un chirurgien esthétique peu à cheval sur l’éthique, mais devrait son succès à une bonne dose de maquillage et à de la retouche photo.

Valeria Lukyanova, ce mannequin russe qui défraie la chronique depuis une dizaine de jours pour sa plastique digne de l’héroïne de notre enfance, s’est enfin exprimée au sujet des rumeurs persistantes au sujet de son physique pour le moins… dérangeant. La jeune femme de 21 ans explique que ces photos ne sont que le résultat d’une longue séance de maquillage, et qu’elle doit à la nature ses courbes si avantageuses (sic).

Une prise de position qui suscite bon nombre de commentaires narquois sur la toile, et qui a entrainé la parution de photos supposées la représenter avant ses séances de bistouri, il y a une dizaine d’années. Figure emblématique des « poupées vivantes », un mouvement né sur Youtube qui fait la part belle aux mensurations extrêmes, Valeria Lukyanova aurait pourtant, à en croire plusieurs chirurgiens, en partie raison.

Des avis médicaux contrastés

« Pour autant que l’on puisse en juger à travers les photos et les vidéos qui circulent sur le web, il semblerait que cette personne n’ait pas subi de chirurgie significative au niveau du visage, indique le Dr Boris Ackerman, un chirurgien esthétique américain, qui n’a toutefois pas pu examiner la jeune fille en chair et (surtout) en os. Elle s’est probablement fait gonfler les lèvres, mais le reste de la transformation est pour moi davantage dû à du maquillage. » Son collègue Jeffrey Spiegel est moins catégorique, estimant que le nez de Lukyanova a vraisemblablement été retouché, de même que la base de ses joues et le menton.

« J’ai régulièrement des demandes de certaines patientes qui citent Barbie comme modèle de beauté, note-t-il, mais jamais à ce point. Je dirais même que certaines pratiques auxquelles elle a du avoir recours, comme de la chirurgie mammaire excessive, ou le retrait de quelques côtes pour affiner sa taille, font courir un sérieux risque pour sa santé. »

Retouche grossière

D’autres, comme le photographe Franck Belin, estiment que le rendu de ces clichés suggère une retouche grossière : « Certaines de ces photos contiennent des éléments très peu vraisemblables, et qui rappellent immédiatement un certain nombre de « trucs » que nous utilisons souvent en retouche photo : les flous dans l’implantation des cheveux, les fonds utilisés dans les portraits en pied, qui laissent tout loisir de modifier la taille, notamment. Mais c’est lorsqu’on considère la série dans son ensemble que la manipulation est la plus évidente : d’une photo à l’autre, la taille des yeux varie sensiblement, celle du front encore plus… Quant au grain de peau, il est trop lisse pour n’être que le fruit d’une application de fond de teint. Pour moi, c’est du travail de bon amateur, rien de plus. »

Mi-femme mi-Barbie, la jeune fille, qui distille des informations au compte-goutte sur différents blogs russes, a manifestement avant tout un sérieux problème de double personnalité.

Rencontres