Goûter de champion : 8 trucs pour allier plaisir et équilibre

Maman de championVous le savez, le goûter, c’est comme le petit déjeuner, il ne faut surtout pas le sauter ! Mais il faut essayer de ne pas craquer tous les jours à l’appel de la viennoiserie… Voici donc 8 trucs pour réaliser un goûter bon et équilibré à vos petits champions.

1-    Ingrédients indispensables et trucs à éviter.
Tout d’abord c’est une fausse idée de penser qu’un petit sportif a besoin de plus de sucre car il se dépense plus ! Le goûter est un des quatre repas indispensables de la journée et doit donc être équilibré. Il permet de reprendre des forces après une journée d’école bien fatigante et encore plus après une activité sportive.
A retenir, pour un goûter équilibré, il faut : du calcium (lait), des féculents (pain ou céréales), des vitamines (fruits) et de l’eau ! Il faut éviter toutes les barres trop sucrées ! Un soda, une viennoiserie et des gâteaux, voilà un goûter qui risque de plaire à vos enfants… mais pas à son organisme. En effet, un tel goûter apporte beaucoup de calories, une sensation de satiété vite envolée et peu de bienfaits nutritionnels.

2-    Les journées et les enfants ne se ressemblent pas. Un vrai petit champion doit manger une collation adaptée à ses besoins, idem pour un enfant qui se dépense moins. Diversifier les aliments en fonction des activités de votre bambin est important. Le goûter d’un samedi de pluie où il est resté à la maison ne doit pas être le même qu’un jour de marathon ou de sport intensif !

3-    Au bon moment ! L’important est qu’il ne se passe pas trop de temps entre le déjeuner, une activité sportive et le goûter. Un goûter équilibré veut dire un goûter au bon moment. L’heure du goûter est importante pour deux choses : elle évite les risques de grignotage et permet d’avoir encore faim pour le dîner. L’heure idéale est entre 16h et 17h. Pour vos petits champions, le goûter doit arriver avant ou après le sport, assez tôt pour reprendre des forces ou juste assez tard pour récupérer.

4-    Le goûter à emporter :
Pour votre petit sportif, le goûter est souvent à emporter au foot, à la danse, au judo… Vous pouvez tout à fait lui préparer sa petite collation dans une lunch box spéciale ou un bento ! Mettez-y une pomme, un yaourt ou un petit fromage frais, du pain avec une barre de chocolat noir, ou une barre aux céréales (faite-maison, avec des fruits secs, différentes sortes de céréales et du miel par exemple).

5-    La quantité idéale. Si votre champion ou championne mange trop au goûter, il risque de ne pas assurer, pareil s’il ne mange pas assez ! L’équilibre est aussi dans la quantité. Attention, le goûter n’est pas le dîner ! Votre bambin doit faire le plein d’énergie pour tenir jusqu’au soir mais cela ne signifie pas manger toute la baguette de pain et 3 bananes… Les besoins nutritionnels de votre enfant se répartissent sur les quatre repas de la journée. La qualité des aliments prend le pas sur la quantité et c’est tout aussi vrai pour un enfant qui pratique une activité sportive intense !

6-    Ruser au goûter. Les fruits et les céréales, très peu pour lui… pourtant votre petit sportif en a besoin pour faire le plein d’énergie ! Jouez la ruse. Par exemple, faites une pâte à crêpes mais veillez à une garniture équilibrée : une compote de pommes maison, en voilà une bonne idée ! Il ne veut toujours pas de fruit ? Tentez le milk shake sans sucre, fraise/lait ou banane/lait : le tour est joué et vous avez fait un 2 en 1 en plus (laitage + fruit) ! Il dit qu’il n’aime pas l’eau ? Proposez-lui une citronnade maison avec des feuilles de menthe fraîche.

7-    Varier les plaisirs : de temps en temps, on a le droit de craquer. Votre enfant appréciera encore plus son goûter s’il sait que de temps en temps il a droit à un petit plus. Les jours d’anniversaire de ses copains, bien entendu, vous n’allez pas le priver de la multitude de bonbons et gâteaux qui l’attendent ! Mais, vous aussi, pensez à lui faire plaisir une ou deux fois par semaine. Un pain au chocolat, un gâteau fait-maison, un ou deux bonbons… Pour le féliciter d’une journée où il a tout donné, pour le consoler d’un match perdu, ou sans raison … car ce qui reste exceptionnel prend toute sa valeur !

8-    Le faire participer : en général, ce n’est pas votre fiston ou votre petite fille qui choisit ses repas. Pourquoi ne pas faire une exception pour le goûter ? S’il respecte les règles d’une collation équilibrée, le laisser choisir ce qu’il préfère peut être un bon moyen de le responsabiliser et de lui faire plaisir. D’autant plus si c’est un enfant qui n’est pas particulièrement gourmand !

Avec ce mode d’emploi pour un goûter équilibré, vous voilà parée à toute éventualité. L’équilibre, le plaisir, reprendre des forces, voici ce qu’il faut retenir pour réussir un vrai goûter de champion !