Et si la taille comptait vraiment ?

Et si la taille comptait vraiment ?

Ne rougissez pas messieurs, on vous l’a suffisamment répété : au lit, la taille ne compte pas. En revanche, dans la vie de tous les jours, la taille des individus jouerait un rôle important. C’est en tout cas ce que nous suggère une étude parue dans la revue Biology Letters…

Des hommes plus petits ?

De l’avis général, la logique veut qu’une femme soit de petite taille et qu’un homme soit plus grand. D’ailleurs, il a été démontré que les femmes de petite taille avaient généralement plus d’enfants que les autres et qu’elles rencontraient moins de difficulté à trouver un partenaire. A l’inverse, un homme de petite taille aurait moins de possibilité de trouver une partenaire, et les statistiques démontrent qu’il aura moins d’enfants que la moyenne. Pas de chance, selon la théorie mise en avant par cette étude, l’évolution naturelle tendrait à être défavorable pour les hommes…

En effet, selon les observations de cette étude, une femme de petite taille (la moyenne se situe à 1,62m) transmettrait ses gènes à ses enfants, fille et garçon. Ainsi, sa fille aurait une taille similaire, et son fils également. Donc ce dernier aurait moins de chance de se reproduire. Les femmes petites ayant plus de chance de se reproduire, ce schéma s’appliquerait à une population entière, et pas seulement à une famille. De fait, la population deviendrait plus petite…

Le phénomène de « pression évolutive », mis en avant par cette étude, fait état d’une véritable guérilla génétique entre les sexes d’une génération à l’autre… Les gènes de l’un agissant en défaveur des gènes de l’autre.

La taille, un enjeu social

« Un homme grand est considéré comme plus apte à protéger sa partenaire. Il est perçu comme plus solide, plus mâle » nous dit Christian Carron, sexologue. « Un homme petit aura plus de difficulté à s’inscrire dans la mécanique virile. Une petite taille neutralise souvent les rapports de séduction avec les femmes, et il faut alors redoubler d’efforts dans bien des domaines pour compenser les centimètres manquants » poursuit-il.

« Je ne peux pas sortir avec un homme plus petit que moi » explique Clara, 29 ans, « D’ailleurs, ça n’est jamais arrivé. Je ne les regarde même pas ». Quand on lui demande pourquoi, Clara se justifie maladroitement : « Dans mon esprit, un homme doit être grand, je ne l’explique pas vraiment, c’est comme ça ».

Un intermédiaire louable

« Il y a une pression autour de la figure virile, dans l’esprit collectif l’homme doit être grand » nous dit la thérapeute Clémence Pelot, « La question de la taille est un enjeu social, elle conditionne les rapports amoureux car une majorité de femme auront tendance à chercher un homme plus grand, car jugé plus apte à les protéger, même si cela est illusoire ». En France, la taille moyenne d’un homme se situe à 1,75m. Il semblerait que cette taille soit la zone de sécurité : « On observe, à travers les études et les statistiques disponibles, que les hommes qui se situent dans cette moyenne sont les mieux placés pour trouver une partenaire et se reproduire » nous dit Christian Carron, « Pour caricaturer un peu, je dirais que les hommes plus petits ont intérêt à avoir un grand sens de l’humour ou une excellente situation ! ».

Le débat est donc ouvert, Mesdames, pourriez-vous entretenir une relation avec un homme plus petit que vous ?

Rafaële Réal © Pampa Presse

Questions de Yahoo Pour Elles

Rencontres