Entrepreneurs : les Pigeons font reculer le gouvernement

Moins d'une semaine après sa création et déjà fort de plusieurs centaines de militants, le mouvement des Pigeons est parvenu à faire reculer le gouvernement sur la question de la taxation des cessions d'entreprise. Une victoire pour ces jeunes entrepreneurs qui voulaient faire entendre leur voix.Entrepreneurs : les Pigeons font reculer le gouvernement


C’est une première victoire pour les Pigeons. Devant l’ampleur de la mobilisation portée par ces jeunes chefs d’entreprise, rapidement rejoints par le patronat, le gouvernement a finalement reculé sur la question de la fiscalité des entrepreneurs, et notamment sur le projet de taxation des cessions d’entreprise.

Moins d’une semaine après sa création, le mouvement de défense des entrepreneurs français les Pigeons avait en effet réussi à rallier à sa cause plusieurs centaines de dirigeants de start-up françaises sur les réseaux sociaux, après que le gouvernement a annoncé sa volonté d’aligner l’imposition des revenus du capital sur ceux du travail. Une disposition qui, selon le mouvement baptisé « #Geonpi » sur Facebook et sur Twitter, se traduirait par des taxations supplémentaires concernant leur activité.

« Quand des mesures sont mal calibrées, il faut avoir un dialogue »

Dans un souci d’apaisement, Pierre Moscovici a donc laissé la porte ouverte au dialogue. « S'il y a des mesures qui choquent ou sont de nature à dissuader l'investissement de ces jeunes entreprises innovantes, il faudra y revenir », a en effet déclaré jeudi le ministre de l'Économie sur France Inter. Et d’ajouter : « quand des mesures sont mal calibrées, il faut avoir un dialogue et éventuellement une correction ».

Une opération de désamorçage à laquelle s’est également employé Jérôme Cahuzac en précisant qu’un « jeune qui monte une entreprise » ne serait pas mis à contribution s'il s'agissait d'une « entreprise innovante » bénéficiant d'un régime particulier. Quant à ceux qui ne bénéficient pas de ce régime ? « On va les écouter et s'ils nous proposent des choses (...)

Lire la suite de l'article sur terrafemina.com

Twitter et les pigeons entrepreneurs : Frédéric Giudicelli peut-il se permettre le second degré à l’Élysée ?
L'alignement des auto-entrepreneurs est logique, selon l'OFCE
Pourquoi le statut de l'auto-entrepreneur séduit-il autant ?
Taxe sur les dividendes : quelles conséquences pour les entreprises ?