En Corée du Nord, la première dame s’affiche en Dior

La publication d’une photo de l’épouse du leader nord-coréen portant un sac griffé du célèbre « D » alimente toutes les rumeurs. Et laisse entendre que des changements seraient à l’œuvre dans la communication de l’un des régimes les plus fermés au monde.




Les médias nord-coréens viennent de diffuser une photo du numéro un du régime, Kim Jong-Un accompagné de sa femme lors de l’inspection d’un régiment militaire. Cette photo est inhabituelle pour deux raisons : elle montre l’épouse du chef du parti alors que celui-ci est généralement présenté seul, et surtout on aperçoit ce qui semble être un sac Dior (d'une valeur de 1 286 euros, ndlr.) sur la chaise de la jeune femme.

Une nouvelle communication

Qu’il s’agisse d’un original ou d’une copie est secondaire car cette photo a bien d’autres implications : âgé de moins de trente ans, l’héritier nord-coréen multiple les signes d’ouverture au monde occidental depuis son accession au pouvoir. L’annonce de son mariage en juillet dernier – déjà une première dans un pays où les compagnes des dirigeants sont le plus souvent tenues au secret – avait été suivie par une série de photos réalisées dans un parc d’attractions. Alors Kim Jong-Il, son père, cultivait une image austère et froide, son troisième fils semble vouloir donner l’image d’un dirigeant plus moderne.

Du changement en perspective ?

Le New York Times rappelle qu’au cours d’une première apparition publique, la compagne de Kim Jong-Un avait été vue dans une robe dans « le plus pur style Chanel ». Un comble dans un pays connu pour être l’un des plus pauvres au monde. Qu’importe. Accompagné de son épouse très « fashion », Kim Jong-Un multiplie les sorties dans lesquelles il s’adresse aussi bien aux ouvriers qu’aux enfants et aux soldats du rang, se rapprochant par là du style de son illustre grand-père, Kim Il-Sung, fondateur et premier dirigeant de la Corée du Nord. Comme Jackie Kennedy en son temps, l’apparition en pleine lumière de Ri Sol-Ju marque-t-elle le point de départ d’un changement politique, même léger, en Corée du Nord ?

Un parcours étonnant

On sait encore peu de choses sur la nouvelle première dame, et donc sur l’influence qu’elle pourrait avoir sur son époux. Elle n’a en tout cas pas passé toute sa vie en Corée du Nord : Ri Sol-Ju aurait pris des cours de chant en Chine et s’est même rendue en Corée du Sud en 2005 en tant que membre de l’équipe de pom-pom girl de l’équipe nord-coréenne d’athlétisme. C’est sans doute au cours de ces « sorties » qu’elle a pu s’ouvrir à des influences étrangères, notamment en matière de mode. Même s’il est encore un peu tôt pour dire qu’un sac pourrait modifier le visage d’un pays, il a au moins le mérite de montrer que des changements, mêmes timides, sont peut-être à l’œuvre.

Références : New York, ABC News, l’Orient le jour