Emplois d'avenir : le gouvernement a raison de cibler, selon l'OFCE

Le projet de loi sur les « emplois d'avenir » voté par les députés dans la nuit de mercredi à jeudi devrait permettre la création de 150 000 postes pour les jeunes de 16 à 25 ans peu ou pas qualifiés. Mais quelles sont les spécificités de ce contrat aidé ? Parviendra-t-il à faire baisser le chômage des jeunes et en particulier celui des moins qualifiés ? Nous avons posé la question à Éric Heyer, directeur-adjoint au département analyse et prévisions de l'OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques).Emplois d'avenir : le gouvernement a raison de cibler, selon l'OFCE

 

Terrafemina : L’Assemblée nationale vient d’adopter le projet de loi créant les emplois d’avenir. Quelle différence avec les autres contrats aidés ?

Éric Heyer : L’avantage, c’est la durée du contrat ! Ils n’ont pas du tout la même vocation. Là où le traitement social du chômage se limite à maintenir des personnes dans l’emploi pour une durée de 8 mois, les emplois d’avenir sont des contrats de 3 ans. En s’inscrivant dans la durée, ils permettent de qualifier des personnes qui jusque-là avaient échoué dans des formations, et qui pourront être embauchées dans le privé à l’issue des 3 ans. Si le gouvernement détermine bien les emplois d’avenir, c’est une excellente idée !

Tf : Comment le gouvernement doit déterminer ces emplois d’avenir selon vous ?

É. H. : Il faut absolument former ces jeunes à des métiers où l’on manque de main-d’œuvre actuellement ou pour lesquels ce sera le cas dans trois ans. Je pense particulièrement à toutes les professions liées à l’économie verte. Prenons l’exemple des bilans énergétiques à l’achat d’un bien : les particuliers ont des difficultés à trouver ce genre de service. Mais par ailleurs, c’est une formation qui coûte cher et qu’un chômeur ne pourra pas se payer. C’est ce genre de secteur qu’il faudra viser...

Tf : Le ciblage sur les jeunes pas ou peu qualifiés venant de zones défavorisées est donc une bonne idée selon vous ?

É. H. : Oui, bien sûr. C’est la différence avec les emplois jeunes de Jospin, qui étaient (...)

Lire la suite de l'article sur terrafemina.com

Emploi : des contrats d'avenir pour les entreprises aussi
Chômage : on ne pourra pas rester sous les 10% en 2013 selon l'OFCE
Contrat de génération : « cibler les PME permettra d'éviter l'effet d'aubaine »