Cup of teach : vous prendrez bien un cours entre particuliers ?

Prendre un cours entre particuliers pour ne plus boire la tasse question business, technologies ou art culinaire : c'est l'idée de Cup of teach. Une université 2.0 où l'on s'inscrit pour découvrir l'art du speech, des RP efficaces ou du macaron fait maison. Terrafemina a testé (et approuvé).   Cup of teach : vous prendrez bien un cours entre particuliers ?


Le rendez-vous est donné à la Mutinerie, un espace de coworking du XIXe arrondissement de Paris. Au milieu des habitués du lieu, accoudée sur une table de bar, Kim, 25 ans, attend sa « cup of teach », un cours donné par un particulier, en échange d’un billet (1).

Le concept a tout juste un mois, mais déjà plus de 140 ateliers -du cup (of) cake au pointu « Prototypage rapide d'applications mobiles »- sont proposés sur la plate-forme de mise en relation (2).
Ici, on peut tout apprendre, on peut tout enseigner aussi, et notamment l’entreprenariat avec des profs comme Céline Lazorthes (Leetchi), Steve Rosenblum (Pixmania) ou Michel de Guilhermier (l'Accélérateur). « Evidemment, répond le co-fondateur Marc-Arthur Gauthey, nous connaissons bien les besoins des entrepreneurs et les personnes qui sont capables de les aider, nous sommes passés par là ! »

Kim, chef de projet mobile, s’est inscrite à 19 heures au cours –peu évocateur pour le néophyte- de « Gestion de Projet Agile - comment semer, cultiver et récolter votre backlog (liste de priorités) avec amour ! ». Dans une salle fermée par de lourds rideaux de velours bleu, trois élèves sur les cinq inscrits sont finalement présents. Face à un rétro projecteur, on parle -en substance- d’échange, de confiance et de gain de temps. Et tous, comme Kim, connaissent bien le sujet : « J’ai besoin de cette technique dans mon travail au quotidien, explique la jeune femme. Mais, je ne viens pas ici pour mon entreprise mais pour moi, pour ma culture personnelle. »

Et c’est là toute l’idée de Cup of teach : proposer une autre façon d’étudier, entre particuliers et en favorisant l’échange de savoir. « Nous ne (...)

Lire la suite de l'article sur terrafemina.com

Slasheurs : un nouveau mode d'emploi

Coworking : les travailleurs nomades sont chouchoutés

Florence Hallouin réinvente la couche lavable