Comment bien appréhender la rentrée scolaire ?

La question de notre internaute :

Mon enfant rentre en maternelle en septembre. J'ai peur qu'il réagisse mal à cette séparation soudaine... Comment lui en parler et bien le préparer à la rentrée ?

Ce qu'en dit Sarah :

Que votre enfant ait fait ou non, via la crèche, l’expérience de la vie en collectivité, l'entrée en maternelle est un rite de passage important. En peu de temps, il va découvrir de nouveaux locaux, des enfants et des adultes qu'il ne connaissait pas quelques jours auparavant, quantité d'activités dont il n'avait pas idée... Oui, la vie est faite de changements et de séparations. On ne peut pas toujours rester un bébé collé à sa maman... ou une maman collée à son bébé.

Pas toujours facile, pour l'enfant comme pour ses parents. Vous vous angoissez de l'angoisse de votre enfant et, ce faisant, vous laissez entendre la vôtre. C'est tout à fait légitime. Mais n'ayez crainte : la majeure partie du temps, après un petit temps d'adaptation variable, en fonction de la sensibilité de chaque enfant et de sa famille, l'entrée en maternelle se passe sans problème.

Quelques conseils pratiques

Alors, concrètement, comment faire en sorte de préparer son enfant le mieux possible à sa première rentrée ?

• D'abord en essayant, autant que possible, de ne pas lui faire part de vos propres angoisses à vous (et si la maîtresse n'était pas gentille ? et si mon enfant était intimidé ? et s'il n'osait pas demander avant d'aller aux toilettes ?) Inscrire son enfant à la maternelle, c’est accepter de déléguer son instruction à d'autres, qui ne feront pas exactement comme vous avez l'habitude de faire, vous.

• Si vous avez pu prendre des vacances en famille, vous avez sans doute passé beaucoup de temps avec votre enfant. Qui dit entrée à l'école dit nouveaux horaires et rythme plus intense. Dix jours avant la rentrée, commencez à habituer votre enfant à se coucher plus tôt car il devra, pour aller à l'école, se lever plus tôt. N'oubliez pas qu'un enfant de 3 ans, pour être en forme, a besoin de dormir 12 heures par nuit et d'un solide petit-déjeuner pour bien démarrer la journée.

• On est plus facilement angoissé par ce qu'on ne connaît pas. N'hésitez pas à parler à votre enfant de ce qu'il fera de ses journées à l'école, des choses qu'il va apprendre, de tous les nouveaux amis de son âge qu'il va pouvoir se faire. Valorisez cette expérience, en lui disant que c'est parce qu'il a grandi qu'il a le droit d'aller à l'école. N'hésitez pas à lui raconter vos (bons) souvenirs d'école à vous : ce que vous aimiez y faire, comment s'appelait votre institutrice préférée, votre meilleure amie, etc...

• N'hésitez pas à lire à votre enfant des livres sur le sujet qui mettent en scène des personnages qu'il aime (Tchoupi, Trotro, Petit ours brun ou autre...) qui rentrent à l'école et auxquels il pourra s'identifier de façon positive. Votre libraire de quartier saura vous conseiller.

• Attention aussi à ne pas mentir à votre enfant en lui cachant que l'école est aussi faite de contraintes : il faut se lever tôt, en classe il faut écouter la maîtresse, il ne faut pas se battre avec ses copains, etc...

• Si l'école de votre enfant n'a pas organisé de journée portes ouvertes, amusez-vous à faire, avec votre enfant, régulièrement, main dans la main, le trajet jusqu'à l'école.

• Faites en sorte que votre enfant puisse prendre son doudou avec lui s'il en a un et prévoyez un change propre au cas où. En théorie, votre enfant doit être "propre" à son entrée à l'école, mais les instituteurs sont habitués à ce que, dans les petites classes, un petit "accident" arrive de temps à autre. Essayez toutefois d'habituer votre enfant à savoir baisser et remonter son slip seul quand il va aux toilettes, à se laver les mains après être allé aux toilettes...

• Enfin, après le temps de la séparation, vient celui des retrouvailles (n'oubliez pas le goûter !). Expliquez bien à votre enfant qui viendra le chercher après l'école (vous, son père, un autre membre de la famille, une nounou, autre...). Attention à être ponctuel(le) : un enfant seul alors qu'on est déjà venu chercher ses copains a tôt fait de se sentir abandonné. Insistez aussi sur le fait qu'après cette journée où il sera à l'école vous serez très heureuse de le retrouver et qu'il aura sûrement plein de choses à vous raconter. Mais ne vous inquiétez pas si, au début, votre enfant rechigne à vous raconter ce qu'il fait de ses journées à l'école : de même que vous ne lui racontez pas tout ce que vous faites de vos journées, votre enfant a lui aussi sa vie.

Bonne rentrée...

Sarah Chiche
www.sarah-chiche.blogspot.com