• Kobo, Kindle et tablettes… La fin du livre papier ? par Isabelle Mandrou

    Isabelle Mandrou est illustratrice, elle a publié de nombreux ouvrages pour la jeunesse. Elle publiera prochainement, sous le pseudonyme Miss Prickly, la bande-dessinée Mortelle Adèle (www.mortelleadele.com), une héroïne d'un nouveau genre qui ne manquera pas de mettre le bazar dans les rayons jeunesse. Plus d'infos sur www.isabellemandrou.com

  • L'entrepreneuse est elle un entrepreneur comme un autre ? par Laurence Onfroy


    On dit souvent que c’est plus dur d’être une femme entrepreneur.
    Créer sa boite, combiner une vie familiale et un job à 200%, jongler avec les horaires… Tout cela semble effectivement compliqué !
    En réalité, depuis que j’ai fondé TemptingPlaces, des ailes me sont poussées et je ne me rappelle pas avoir été aussi épanouie dans ma vie. Il faut un petit grain de folie pour entreprendre. Ne pas avoir peur de faire des mauvais choix, car en réalité ils ont tous bons au moment où on les prend. Il faut savoir lâcher prise, se faire confiance et foncer.
    L’entreprenariat est une aventure avec les autres mais surtout avec soi-même. On se découvre des ressources cachées, on devient capable de réaliser des choses incroyables, aucune journée ne se ressemble…
    L’intuition féminine, la capacité à gérer un environnement multitâche sont indéniablement les atouts de l’entrepreneuse !
    L’entrepreneuse a aussi beaucoup de chance car elle évolue dans un milieu très masculin (il faut le dire) mais aussi très

    En lire plus »de L'entrepreneuse est elle un entrepreneur comme un autre ? par Laurence Onfroy
  • Déclaration d’amour à l’amitié par Annie Lemoine

    Vieillir ? Même pas peur ! J’ai toujours considéré que prendre de l’âge était une chance de devenir plus heureux. Avant tout parce que cela donne du temps pour se fréquenter et permet de se rapprocher de soi. Mieux se connaître au travers de tous les événements qui s’offrent en chemin, n’est-ce pas la garantie de bien vivre ? Traverser une épreuve, la possibilité de devenir de “meilleurs vivants” comme me l’a si bien dit un jour une amie sage pour m’encourager...

    Ce n’est pas parce que nous sommes en période électorale mais j’imagine qu’à la fin de nos vies, quelqu’un s’écrie après la lecture de notre nom : “A vécu ! “. Comme l’on dit “A voté !”. Et, le temps que l’enveloppechute au fond de l’urne, dans un examen de conscience éclair, on s’interroge mais trop tard si on ne l’a fait avant, sur la façon dont on a vécu. Bien ? Mal ? Pas assez ? J’avoue que le “pas assez” me terrifie.

    Nous n’avons pas toujours la sagesse ou le courage de tirer les leçons du passé,

    En lire plus »de Déclaration d’amour à l’amitié par Annie Lemoine
  • Mangez du chocolat sans culpabiliser, Par Stéphanie Zeitoun

    J’adore le chocolat ! Je suis une accro, incapable de résister à la tentation d’une tablette que je dévore entièrement. Rien ne me fait plus plaisir que la découverte d’un ballotin rempli de ganaches toutes plus appétissantes les unes que les autres … Qu’il soit noir, au lait ou blanc, rien ne m’effraie dans le chocolat.

    J’entends déjà vos réactions : « Elle a la chance de ne pas grossir » ou encore « Si seulement je pouvais en abuser sans culpabiliser »… Mon secret pour me faire du bien sans me faire de mal ? Les calories ingérées doivent être proportionnelles à celles dépensées. En d’autres termes, je fais du sport pour éliminer mes excès.

    Si l’argument ne vous séduit pas, voilà de quoi vous réconcilier avec votre « meilleur ennemi » : le chocolat est un allié santé ! Il est riche en vitamines (A, B2, D, E, B1, B2) et en minéraux, dont le fameux magnésium reconnu pour ses effets anti dépresseurs (c’est la raison pour laquelle le corps en réclame en cas de baisse de moral).  Il

    En lire plus »de Mangez du chocolat sans culpabiliser, Par Stéphanie Zeitoun
  • Changer de vie, par Yves Deloison

    Pour beaucoup, l’expression « changer de vie » résonne comme un slogan dont les héros seraient d’anciens traders devenus comédiens ou moines tibétains ou des responsables informatiques reconvertis dans l’élevage de chèvre, dans le Larzac de préférence. La télévision raffole de ces portraits hors du commun où spectacle et émotion prennent le pas. L’avant/après décliné aujourd’hui à outrance sur nos écrans relate une histoire qui a rarement à voir avec la réalité. Quel que soit le projet, rien ne se décide jamais sur un coup de tête, rien ne se concrétise sans effort, ni du jour au lendemain. Chaque reconversion, télégénique ou pas, est le fruit d’un long processus et d’une profonde réflexion, qui permet un jour à un individu de prendre la décision qui va bouleverser son destin.

    Le risque est de croire qu’il en va de même pour tous ceux qui envisagent de changer de vie. Imaginez. Sur un coup de tête, une comptable a claqué la porte de son entreprise parce qu’elle en avait assez.

    En lire plus »de Changer de vie, par Yves Deloison
  • Racisme ordinaire, Par Keira Maameri

    Dernièrement, je me surprends à ne plus être étonnée du manque de réaction des uns et des autres face au « racisme » affiché par certains de nos représentants gouvernementaux. Pour dire vrai, mon étonnement est sur deux niveaux. De ne plus m'étonner moi-même de ce racisme décomplexé et de ne plus être étonnée par l’absence de réactions des autres.

    D'ailleurs me sentir blasée à ce degré-là me fait peur, je l'avoue.

    Cela dit, le racisme de nos jours est vraiment présent partout. Sur les terrains de football par exemple. Ces dernières années on était plutôt habitués à le trouver sur les terrains italiens, mais depuis quelques semaines il est de retour en Angleterre. Beaucoup moins présent dans les tribunes de hooligans mais carrément sur les terrains avec les affaires Evra-Suarez ou Terry-Ferdinand. Au point que le premier ministre David Cameron ait sommé la Fédération Anglaise de Football "d'écraser" le racisme dans le foot et qu’il a imposé l'ultimatum de résoudre ce

    En lire plus »de Racisme ordinaire, Par Keira Maameri
  • Le Tibet indigné, par Elodie Bernard



    Presque quatre ans après les dernières révoltes, le Tibet est de nouveau à feu et à flamme.
    Mars 2008, le sang, la violence. Le monde avait été étonné de ce début de révolution sur une terre que l’on dit proche des dieux. La répression fut sanglante, avec plus de 200 morts.
    2011, une douzaine d’immolations par le feu de moines tibétains. De jeunes moines pour la plupart, 22 ou 23 ans, dont une nonne. Mais l’heure était au printemps arabe révolutionnaire. Et le Tibet est resté verrouillé.
    Mars 2012, et déjà plus d’une douzaine de sacrifices depuis le début de l’année. L’Occident n’avait pas vu venir le printemps arabe et au Tibet, depuis ces dernières semaines, une spirale de violence s’est enclenchée, à laquelle les autorités chinoises répondent par l’usage acharné de la violence et par la répression à l’aveugle : arrestations, tirs ciblés, homicides, couvre-feu, entraves à Internet et aux communications téléphoniques, état de siège avec barbelés depuis avril 2011 pour le monastère de

    En lire plus »de Le Tibet indigné, par Elodie Bernard
  • Femmes et management, l'impossible équation, par Imène Kiati

                                                           


    Il y a quelques
    jours, j’entendais encore Laurence Parisot souligner : l’entreprise « (…) propose moins d'opportunités aux femmes qu'aux hommes ». Pour parvenir à « l'égalité des chances en matière de progression de carrière », elle propose la création d’un « indicateur de taux de promotion hommes-femmes ».

    Interpellée par ce sujet, j’ai approfondi la question avec le baromètre jobintree, étudiant les candidatures des femmes dans les différentes branches de métiers, tout particulièrement aux postes de management. J’ai rapidement constaté que, dans une France où seul 28% des dirigeants sont des femmes, il existe un profond déficit de candidatures féminines aux postes de management…même dans des secteurs où la proportion de candidates est majoritaire !

    Certains domaines m’ont particulièrement surprise par leur contraste entre ces données : par exemple, dans les métiers juridiques, les femmes représentent 78% des

    En lire plus »de Femmes et management, l'impossible équation, par Imène Kiati
  • N'ayez pas peur de la génération Y, par Myriam Levain et Julia Tissier

     










                                                                                                                                                                                    

    Mercenaires insolents, requins ambitieux et juniors qui n’en font qu’à leur tête : la réputation que nous, les natifs de la génération Y, nous traînons a de quoi effrayer, notamment dans le milieu du travail. Dans notre livre (1), nous nous efforçons d’en finir avec ces clichés sur les 18-30 ans.

    N’empêche : dès qu’il est question de la jeune garde des salariés connectés, les travailleurs de plus de trente ans oscillent entre fascination et peur panique de se faire piquer la place. L’ambivalence dont ils font preuve à notre égard puise sans doute son origine dans le fait qu’ils n’ont jamais osé faire ce que nous, nous faisons. A savoir, ne pas faire passer sa vie professionnelle avant son épanouissement personnel. Ils en ont rêvé mais ne l’ont pas fait, croyant encore que leur assiduité à la tâche leur

    En lire plus »de N'ayez pas peur de la génération Y, par Myriam Levain et Julia Tissier
  • Goodbye The Voice... par Vanessa Sananikone

                                             



















    Chère Whitney,

    Dimanche matin, moi qui pensais faire la grasse mat’, c’était raté... Vers 9 heures, je prends mon téléphone et comme toujours, mon premier réflexe est de voir ce qui se passe sur les réseaux sociaux. Là, ce fut le choc, la plupart de mes contacts évoquaient ta disparition cette nuit.

    Les premières minutes, je n’ai pas trop réalisé, je me suis dit que ce n’était pas possible alors j’ai épluché tous les articles des quotidiens français et américains puis il a fallu se rendre à l’évidence, oui tu nous avais quittés... Il y a encore quelques jours, dans la voiture, j’écoutais ton double album « The Greatest Hits » et chantais à tue‐tête sur « I Wanna Dance With Somebody » !

    Même si les circonstances de ton décès restent encore inconnues, les rumeurs vont bon train : certains disent que tu t’es noyée tandis que d’autres prétendent que tu as fait une overdose. Pourquoi es-tu partie ? As-tu voulu nous faire passer un message

    En lire plus »de Goodbye The Voice... par Vanessa Sananikone

Pagination

(53 articles)