Baby planner : un nouveau métier pour accompagner les (futurs) parents

Responsable de communication pendant plusieurs années, Anaïs Lunet est devenue baby planner il y a trois ans. Un tout nouveau métier qu’elle enseigne et qu’elle promeut aujourd’hui par l’intermédiaire de la Fédération des baby planners francophones, créée en juin dernier.   Baby planner : un nouveau métier pour accompagner les (futurs) parents

 

Terrafemina : Comment ce métier est-il né ?

Anaïs Lunet : C’est un métier qui vient d’Angleterre. Keely Paice, une journaliste-reporter l’a inventé en 2006 alors qu’elle était enceinte de son premier enfant. Elle s’est inspirée du modèle du wedding planner pour créer le concept : une aide et un conseil pour l’achat du matériel de puériculture. L’idée a ensuite été importée aux Etats-Unis et améliorée avant d’arriver en France, il y a un peu plus de 3 ans.

Tf. : Qu’est-ce qu’un baby planner ?

A. L. : Aujourd’hui, être baby planner, c’est proposer un accompagnement pendant et après la naissance d’un enfant jusqu’à son entrée à l’école. Ce sont des conseils pour l’acquisition d’une poussette comme des renseignements sur les différentes formes de préparation à l’accouchement, ou sur la prévention des accidents domestiques. Il ne s’agit pas de tout faire à la place des parents mais au contraire de leur apporter les informations pour qu’ils puissent faire leur choix. Nous sommes en quelque sorte un agrégateur de contenu !

Tf. : Comment se passe une consultation ?

A. L. : Chaque baby planner a sa propre méthode. Mais généralement nous nous déplaçons à domicile soit pour une discussion collective soit pour un rendez-vous personnalisé. Certaines personnes cherchent une réponse à une question précise et on ne se voit qu’une seule fois. D’autres couples ont besoin d’un accompagnement plus long. Après une première rencontre, je leur fait une proposition sur mesure. Pour une consultation simple -environ une heure-, il faut compter entre 60 et 100 euros. Pour le reste, c’est au forfait.

Tf. : Que recherchent les futurs parents ?

A. L. : Tous les couples sont très différents et ont des demandes (...)

Lire la suite de l'article sur terrafemina.com

Bon plan : un baby planner pour les jeunes parents
Accouchement : les mères non satisfaites de leur prise en charge
Maisons de naissance : 3 questions à Bérengère Poletti
Dépression post-partum : 1 femme sur 10 touchée
Le lexique de la grossesse 2.0